Vous êtes ici

Journal of Thoracic Oncology

Faut-il administrer l’osimertinib en adjuvant à tous les patients qu'ils aient ou non reçu une chimiothérapie adjuvante ?

2.01
Average: 2 (1 vote)
mars 2022

EGFR, Thérapeutique ciblée, Traitement des stades III, Traitement péri-opératoire

Nous avons commenté sur ce site les résultats de l’étude ADAURA (cliquer ici) menée chez des patients opérés d’un cancer bronchique non à petites cellules de stade pIB, pII ou pIIIA et R0, avec une mutation activatrice de l'EGFR  et ayant éventuellement reçu une chimiothérapie adjuvante. Dans cette étude, les patients étaient randomisés pour recevoir pendant 3 ans soit 80 mg d’osimertinib, soit un placebo. L’objectif principal, la survie sans maladie, était atteint avec un HR de survie sans maladie extrêmement significatif à 0,20. Mais quel est l’impact de la chimiothérapie adjuvante sur ces résultats ? C’est la question que pose l’étude publiée ce mois ci dans le Journal of Thoracic Oncology. 

Parmi les 682 patients de cette étude, 410 ont reçu en moyenne 4 cycles de chimiothérapie adjuvante, 203 parmi les patients du bras osimertinib et 207 parmi ceux du bras placebo. Environ les 2/3 ont reçu du cisplatine et le dernier tiers du carboplatine. Un seul patient a reçu uniquement  du pemetrexed . Parmi les 466 patients opéré d’un cancer de stade II ou IIIA , 352 (76%) ont reçu une chimiothérapie adjuvante. Ce sont les patients les plus jeunes et les patients asiatiques qui ont reçu le plus souvent une chimiothérapie adjuvante. Les résultats observés pour l’ensemble des 682 patients sont résumés dans le tableau ci-dessous :

 

Osimertinib

Placebo

Patients ayant reçu une chimiothérapie adjuvante  (n=410)

Patients vivant sans récidive à 2 ans (%)

89

49

HR de DFS (95% CI)

0,16 (0,10-0,26)

DFS médiane (mois) 

NA

22,1

Patients n’ayant pas reçu de chimiothérapie adjuvante  (n=272)

Patients vivant sans récidive à 2 ans (%)

89

58

HR de DFS (95% CI)

0,23 (013-0,40)

DFS médiane (mois) 

NA

33,1

Avec des durées de suivi pour la survie sans maladie encore très courtes (22,1, 16,6, 22,1 et 18,2 mois) pour les 4 groupes de patients ayant reçu ou non une chimiothérapie et traités ou non par osimertinib, un bénéfice important de survie sans maladie a été observé sous osimertinib que les patients aient ou non reçu une chimiothérapie adjuvante. 

Ce bénéfice est observé pour tous les stades : les HR de survie sans maladie étaient :

  • Pour les 154 patients de stades IB sans chimiothérapie adjuvante à 0,38 (0,15-0,88).
  • Pour les patients de stades II 

- sans chimiothérapie adjuvante (n=70) à 0,20 (0,07-0,52)

- et avec chimiothérapie n=166) à 0,15 (0,06-0,32).

  • Pour les patients de stades IIIA

- sans chimiothérapie adjuvante (n=48) à 0,10  (0,02-0,29)

- et avec chimiothérapie (n=186)  à 0,13 (0,06-0,23).

L’impact significatif de l’osimertinib sur la survie sans maladie est donc observé aussi bien chez les patients de stade IB à IIIA qui ont reçu une chimiothérapie adjuvante que chez ceux qui n’en ont pas reçu. 

Ce données sont intéressantes et confirment la légitimité de ce traitement qui est maintenant autorisé dans le cadre de l’AMM après résection des patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules de stade IB-IIIA avec mutations activatrices de l’EGFR (délétion de l'exon 19 ou substitution de l'exon 21 (L858R).   

 

 

Reference

Postoperative Chemotherapy Use and Outcomes From ADAURA: Osimertinib as Adjuvant Therapy for Resected EGFR-Mutated NSCLC.

Wu YL, John T, Grohe C, Majem M, Goldman JW, Kim SW, Kato T, Laktionov K, Vu HV, Wang Z, Lu S, Lee KY, Akewanlop C, Yu CJ, de Marinis F, Bonanno L, Domine M, Shepherd FA, Zeng L, Atasoy A, Herbst RS, Tsuboi M.

J Thorac Oncol 2022; 17 : 423-433

Auteur

Bernard Milleron

Rédacteur en chef d'EM-Onco.